La stérilisation de son chiot Yorkshire

Vous êtes l’heureux ou l’heureuse propriétaire d’un chiot yorkshire mâle ou femelle, et vous vous posez la question de l’intérêt ou non de le faire stériliser ?

Stérilisation pour les males

Tous les vétérinaires s’accordent à le dire : pour la santé d’un chien mâle non reproducteur, l’idéal est de le faire castrer. Il est recommandé de faire opérer le chien avant la puberté, c’est-à-dire entre 6 et 8 mois.
Ce n’est pas un secret, le chien mâle entier (c’est à dire : non castré) est plus fugueur en période de chaleurs des femelles. En plus de ce comportement indésirable, le chien se montre aussi plus irritable, bagarreur avec les autres mâles, il ne vous obéit plus : il passe ses sorties à renifler partout, le nez collé au bitume.
Ces symptômes comportementaux sont exacerbés par l’imprégnation de  testostérone. Or celle-ci est produite par les testicules chez tous les mammifères mâles. Outre ces soucis liés au comportement, ce sont surtout des problèmes de santé qui peuvent être épargnés à un chien si on le fait stériliser.

Eviter des tumeurs

Il est relativement fréquent chez le vieux chien mâle non castré de voir apparaître des tumeurs testiculaires. Celles-ci, (qui peuvent être bénignes ou malignes, ne se développeront évidemment pas chez un chien mâle castré chirurgicalement puisque l’intervention chirurgicale classique consiste à « enlever » les testicules du chien. D’autres techniques chirurgicales existent (par exemple la vasectomie = ligature ou résection du canal déférent) mais si elles rendent le chien stérile (car il ne pourra plus produire de liquide séminal), elles ne changent en rien le fait qu’il reste sous imprégnation hormonale et n’apporteront donc aucun bénéfice sur la santé du chien.
Si le chien présente une ectopie testiculaire (s’il est cryptorchide ou monorchide, c’est à dire s’il présente les deux ou un seul testicule intra abdominal), il est même plus que vivement conseillé de le faire stériliser. En effet, les testicules se trouvant dans l’abdomen (cas fréquent chez les sujets de petites taille yorkshire toys) seront sur stimulés par le fait d’y être bien au chaud et sécréteront plus de testostérone, ce qui induira un surplus de « travail » pour les cellules et donc un risque de développer des tumeurs.

Eviter des tumeurs

Eviter des maladies de la prostate

Le chien mâle non castré présente également fréquemment des maladies de la prostate : hyperplasie bénigne, kystes, abcès, prostatites, tumeurs, … L’hyperplasie bénigne est probablement la plus fréquente mais si elle est n’est pas maligne, elle n’en n’est pas moins à prendre au sérieux. Car elle entraîne :

  • des troubles de la défécation : en effet, la prostate est située anatomiquement juste en dessous du colon distal, et si elle grossit, elle pousse le colon vers le haut, ce qui entraine une constipation « mécanique ».
  • des troubles urinaires : cystites, difficultés à uriner (car la prostate entoure l’urètre)
  • douleurs diffuses liées à la pression de la prostate sur les organes
    environnants.

Enfin, la castration limite le risque d’abcès et de tumeurs des glandes anales, de développement de tumeurs péri anales et de hernie périnéale.

Eviter des maladies de la prostate

Stérilisation pour les femelles

La stérilisation va permettre, non seulement, d’écarter tout risque de reproduction non souhaitée mais également d’éviter les inconvénients associés aux chaleurs chez la chienne (pertes de sang, changement de comportement, assauts des chiens mâles…).
D’autres avantages sont associés à l’ovariectomie, ce d’autant plus que la chirurgie est réalisée de façon précoce. L’ovariectomie est une intervention qui consiste à retirer les deux ovaires d’une chienne.

Elle nécessite une anesthésie générale. Votre animal sera donc généralement gardé à la clinique une journée: il vous sera demandé d’amener votre animal le matin à jeun. L’intervention sera pratiquée dans la matinée et votre chienne vous sera rendue, bien réveillée, le soir.

Deux techniques peuvent être employées:
• L’ ovariectomie par la ligne blanche (la cicatrice de l’intervention se situera au niveau du ventre de l’animal)
• L’ovariectomie par les flancs (le vétérinaire utilisant dans ce cas un accès à l’abdomen par les flancs de l’animal)

Le vétérinaire pratiquera l’une ou l’autre de ces deux techniques en fonction
de ses préférences.

Les avantages de la stérilisation

Suppression des chaleurs :
L’ovariectomie va permettre de faire disparaître les périodes de chaleurs et les pertes sanguines qui les accompagnent. Il faut savoir que chez une chienne non stérilisée, les cycles sexuels sont présents tout au long de la vie de l’animal (il n’existe pas de ménopause chez la chienne).
Dans un foyer comprenant plusieurs chiennes :
La stérilisation peut avoir un intérêt dans la gestion de certains troubles comportementaux notamment dans des foyers où cohabitent plusieurs chiennes:
Le cycle hormonal modifie la perception du statut d’un animal au sein de la meute, donnant naissance a des situations d’affrontement et de compétition entre les différentes femelles. La stérilisation (et donc la suppression des chaleurs) permet une cohabitation plus harmonieuse et limite les cas d’agressivité entre chiennes.

Les avantages de la stérilisation

En cas de maladie héréditaire

La stérilisation permet d’empêcher la reproduction d’animaux souffrant de
maladies héréditaires.

En cas de maladie héréditaire

Rôle préventif dans plusieurs pathologies

• L’ovariectomie limite le risque d’infection utérine.
• Elle empêche également l’apparition de toute tumeur ovarienne puisque les ovaires sont retirés lors de l’intervention.

• Certaines chiennes ont tendance à faire des lactations de pseudo-gestation (ou grossesses nerveuses): elles se comportent alors comme si elles attendaient des petits et sécrètent même du lait. Ce trouble a tendance a se répéter chez certaines femelles après chaque période de chaleurs.

Rôle préventif dans plusieurs pathologies